Close

Derniers Posts

Hypothyroïdie : Causes, symptômes et traitements
L'hypothyroïdie est une pathologie assez courante, notamment chez les femmes et les personnes âgées, et qui provoque...
le May 12, 2022 | par T. G.
Qu'est-ce qu'un glucomètre ?
Qu’est-ce qu’un glucomètre ? Les lecteurs de glycémie sont de petits appareils portables qui peuvent être...
le Apr 14, 2022 | par Hugo Braha-Lonchant
Comment bien choisir son tensiomètre ?
Aujourd'hui, il existe une multitude de tensiomètre plus ou moins performant, mais sait-on vraiment comment bien...
le Apr 14, 2022 | par Hugo Braha-Lonchant

Hypothyroïdie : Causes, symptômes et traitements

Posté le: May 12, 2022 | Auteur: T. G. | Catégories: Informations

L'hypothyroïdie est une pathologie assez courante, notamment chez les femmes et les personnes âgées, et qui provoque un ralentissement des fonctions de l'organisme. Ce disfonctionnement s’explique par le fait que la glande tyroïde est incapable de produire une quantité normale les hormones thyroïdiennes (Thyroxine (T4) et Triiodothyronine (T3)), qui sont présentes dans le sang en quantité inférieure à la normale. 

Quelle est donc la cause réelle de ce disfonctionnement, les symptômes et comment le traiter ? Pour bien comprendre tout cela, nous vous invitons à poursuivre la lecture de l’article jusqu’à la fin afin de ne manquer aucunes informations. 

Hypothyroïdie : Causes, symptômes et traitements

Quelles sont les causes qui conduisent à l'hypothyroïdie ? 

En effet, il existe différentes formes de l'hypothyroïdie à savoir : 

  • L’hypothyroïdie primaire

Elle est causée par :

  • La Thyroïdite : auto-immune, atrophique, post-partum, subaiguë, Riedel,
  • Les formes secondaires : post-thyroïdectomie, post-irradiation, par des médicaments comme l'amiodarone, le lithium, l'interféron,
  • La carence en iode.
  • L'hypothyroïdie centrale 

Cette forme est causée par des maladies de l'hypothalamus ou de l'hypophyse telles que l'inflammation ("hypophysite"), les traumatismes, les tumeurs bénignes.

  • L'hypothyroïdie congénitale

Celle-ci est une maladie rare. La cause est une anomalie de l'embryogenèse thyroïdienne, ou un défaut de l'hormonogenèse, (c'est-à-dire du mécanisme responsable de la synthèse des hormones thyroïdiennes). Cependant, certains nourrissons peuvent présenter une forme d'hypothyroïdie transitoire ou à résolution courte. Il s'agit d'enfants nés de mères atteintes d'une maladie thyroïdienne auto-immune ; ou cela peut être la conséquence d'un excès d'iode transféré au nouveau-né à la naissance. Vous pourrez en apprendre plus sur le fonctionnement de la thyroïde sur le site du docteur Geesen.

L'hypothyroïdie : Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes de l'hypothyroïdie ont tendance à apparaître progressivement et comprennent :

  • Fatigue,
  • Intolérance au froid,
  • Constipation,
  • Diminution du rythme cardiaque,
  • Diminution de la libido,
  • Gain de poids,
  • Engourdissement mental,
  • Difficulté de concentration,
  • Perte de mémoire,
  • Diminution de l'humeur,
  • Somnolence,
  • Engourdissement musculaire,
  • Flux menstruel excessif,
  • Hypoglycémie réactive,
  • Peau sèche,
  • Perte de cheveux.

Le diagnostic de la maladie peut être posé par une simple prise de sang permettant de mesurer la concentration de TSH (Thyroid Stimulating Hormone), l'hormone qui stimule la production de T3 et de T4. Une augmentation de la TSH indique donc que la thyroïde est sous-active.

Quels sont donc les symptômes chez les nourrissons ? 

En fait, les bébés nés sans glande thyroïde ou avec une glande thyroïde dysfonctionnelle peuvent développer une hypothyroïdie. La fonction thyroïdienne est généralement examinée à la naissance. Ces personnes peuvent ne pas présenter de signes ou de symptômes de la maladie, mais lorsqu'elles en présentent, elles incluent :

  • Étouffement récurrent,
  • Anomalies de croissance,
  • Blancs jaunis des yeux ou de la peau (jaunisse),
  • Peau gonflée,
  • Somnolence constante,
  • Constipation.

Hyperthyroïdie

Comment l'hypothyroïdie est-elle diagnostiquée et qu'est-ce que l'hypothyroïdie subclinique ?

Le diagnostic de l’hypothyroïdie est une chose vraiment importante, car de nombreux symptômes de la maladie peuvent être inoffensifs. C’est le cas par exemple de la fatigue qui peut être due à une mauvaise nuit de sommeil, ou lié à d'autres problèmes de santé. Autre exemple : le gain de poids ne signifie pas nécessairement que vous avez un problème de thyroïde ; et les douleurs musculaires ou articulaires peuvent simplement être un signe que vous vieillissez.

Suite à tout cela, la meilleure façon pour votre médecin de déterminer si vous souffrez d'hypothyroïdie consiste à effectuer une analyse de sang. Un examen physique ou une imagerie peut également être utilisé pour diagnostiquer cette condition.

Le diagnostic repose sur différentes données à savoir : 

  • Les données de laboratoire

Celles-ci sont obtenues :

  • Dans les formes d'hypothyroïdie manifeste, de faibles valeurs d'hormones thyroïdiennes avec une TSH élevée. Si seule la TSH est élevée, il s'agit d'une forme subclinique ;
  • Dans les formes d'hypothyroïdie centrale TSH faible ou anormalement normale ;
  • En cas d'hypothyroïdie auto-immune, des auto-anticorps tels que l'abtg et/ou l'abtpo sont présents ;
  • En cas d’augmentation du cholestérol.
  • Les données cliniques

Comme données cliniques, en plus des symptômes dont nous avons parlé, le médecin recherchera des signes de la maladie tels que : 

  • Rythme cardiaque faible,
  • Tension artérielle parfois augmentée, 
  • Réflexes neurologiques ralentis, 
  • Peau pâle/jaunâtre, 
  • Thyroïde hypertrophiée et épaissie,
  • Langue hypertrophiée, 
  • Yeux gonflés et petits, 
  • Faciès amimique.
  • L’échographie  thyroïdienne

Dans les thyroïdites auto-immunes, l'échographie montre un aspect typique (tissu inhomogène avec un aspect en nid d'abeille), chez les patients thyroïdectomisés des loges thyroïdiennes vides ; tandis qu'elle met en évidence des changements de forme et/ou de localisation de la thyroïde dans les formes congénitales.

  • La scintigraphie  thyroïdienne

Elle n'est indiquée au diagnostic que dans les formes congénitales.

Traitement et prévention de l'hypothyroïdie

Le traitement de l'hypothyroïdie consiste en un traitement substitutif par des hormones thyroïdiennes synthétiques (thyroxine), généralement prises par le patient à vie. Le traitement détermine une régression complète des symptômes et la restauration complète de la normalité. 

Très souvent ce traitement repose sur l'utilisation de la lévothyroxine, ou hormone thyroïdienne. La triiodothyronine n'est utilisée que dans des cas particuliers (exemple : en phase de préparation à la radiothérapie métabolique dans le cancer de la thyroïde). La durée de la thérapie est pratiquement indéfinie. La dose du médicament est établie en fonction de divers facteurs dont le poids, l'âge, l'étiologie de l'hypothyroïdie. Les ajustements thérapeutiques sont effectués avec des contrôles TSH 6 à 8 semaines après le début ou le changement de dose.

Une fois l'objectif thérapeutique atteint, des contrôles annuels suffiront. Une adhésion adéquate au traitement et le respect de 20 à 30 minutes de jeûne après la prise du médicament sont toujours recommandés. Aujourd'hui, il existe de nouvelles formules de lévothyroxine sur le marché ; ce sont des gélules liquides et molles qui permettent une meilleure absorption du médicament en cas de problèmes gastriques, d'intolérance au lactose ; ou tout simplement, pour une meilleure adhésion au traitement (ces préparations peuvent être prises 5 à 10 minutes avant le déjeuner).

Il convient de rappeler que certains aliments et médicaments, s'ils sont pris le matin, interfèrent avec l'absorption de la lévothyroxine. Voici les principaux à éviter : 

  • Les gastroprotecteurs (par exemple oméprazole, lansoprazole),
  • Le carbonate de calcium,
  • Le fer,
  • Les fibres,
  • Le soja.

L’hypothyroïdie peut-elle être évitée ?

N'importe qui peut développer une hypothyroïdie et il n'est pas possible de l'empêcher. Cependant, il existe des facteurs de risque et être conscient des signes de la maladie peut vous aider à obtenir un diagnostic rapidement.

Les femmes de plus de 60 ans sont plus susceptibles de développer une hypothyroïdie, tout comme les femmes enceintes de six mois ou qui ont déjà accouché. Des antécédents familiaux de maladie auto-immune ou de maladie thyroïdienne peuvent également augmenter la probabilité de développer la maladie. Les personnes qui ont subi une radiothérapie de la partie supérieure du thorax ou du cou sont également plus à risque ; tout comme celles qui ont subi une chirurgie de la thyroïde pour retirer, même partiellement, la glande.

Commentaires (0)

Pas de commentaires

Ajouter commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter des commentaires.

Close