Close

Derniers Posts

Où acheter des masques FFP2
La situation sanitaire notamment avec le nouveau variant Omicron a fait exploser la demande des masques FFP2 qui...
le Jan 6, 2022 | par Thierry G.
Différence entre masques de type II, FFP2, FFP3.
Il existe plusieurs modèles de masques à usage médical, deux grandes catégories (masques chirurgicaux et masques de...
le Dec 24, 2021 | par Thierry G.
Où acheter des auto tests covid 19
Disponibles en pharmacie pour les particuliers, les auto-tests antigéniques peuvent être désormais vendus auprès des...
le Dec 12, 2021 | par Thierry G.

Souffrez-vous de douleurs cervicales ? Découvrez les causes et les traitements pour vous soulager

Posté le: Dec 6, 2021 | Auteur: G. | Catégories: Informations

Près des deux tiers des personnes souffrent de douleurs cervicales au moins une fois dans leur vie. Une telle douleur n'indique pas toujours une maladie grave. Mais si les rechutes se produisent de plus en plus souvent, cela peut être un signal d'alarme.

Souffrez-vous de douleurs cervicales ? Découvrez les causes et les traitements pour vous soulager

Les types de douleurs au cou

Conditionnellement, les causes de la cervicalgie sont divisées en deux groupes :

  • Maladies de la colonne vertébrale (hernie discale, arthrose, dysfonctionnement des articulations intervertébrales) et de la subluxation des vertèbres (coup du lapin). Les conséquences de telles blessures peuvent se manifester tout au long de la vie ;
  • Autres causes : maladies infectieuses et endocriniennes, processus tumoraux, rhumatismes.

Les causes d’une cervicalgie

Syndrome myofascial

Une surtension prolongée des muscles du cou, une entorse cervicale ou encore une hypothermie entraînent des douleurs d'intensité modérée et de courte durée. Dans le même temps, il existe souvent une limitation de la mobilité de la tête et un spasme des muscles cervicaux, dans lesquels des douleurs peuvent être ressenties.

En règle générale, la douleur du syndrome myofascial disparaît d'elle-même en quelques jours.

Ostéochondrose de la colonne cervicale

L'ostéochondrose est une lésion dégénérative-dystrophique de la colonne vertébrale, qui survient à la suite de la déformation et de la destruction des disques intervertébraux. La perte d'élasticité, la compression et la destruction des disques entraînent une surcharge des articulations intervertébrales, une arthrose, des racines nerveuses pincées et un syndrome douloureux.

Avec l'âge, en raison du dessèchement du cartilage, la distance entre les vertèbres diminue, ce qui endommage les articulations et les ligaments intervertébraux.

Dysfonctionnement de l'articulation facettaire

Les dommages à la structure des articulations intervertébrales, ou facettaires, sont l'une des causes de douleur cervicale.

L'amincissement du cartilage sur les surfaces articulaires entraîne l'apparition d'excroissances osseuses : les ostéophytes. En règle générale, cela se traduit par une douleur sourde (augmentant progressivement, de faible intensité), surtout le matin après avoir dormi dans une position inconfortable (sur un oreiller en position couchée). En mouvement, il augmente et au repos il s'affaiblit. La douleur peut irradier vers l'arrière de la tête, des oreilles, des tempes ou des épaules.

Myélopathie cervicale

La compression prolongée d'une hernie de la moelle épinière entraîne une altération de la circulation cérébro-spinale.

Des sensations douloureuses surviennent non seulement dans le cou, mais irradient également entre les omoplates, dans les épaules. Ils augmentent avec le mouvement et ne s'arrêtent pas, même après la prise d'analgésiques. Les signes typiques sont l'apparition de chair de poule, un engourdissement des membres, des problèmes de motricité fine. Des étourdissements, des troubles de la mémoire et des changements de démarche sont possibles.

Coup du lapin

Le coup du lapin de la colonne cervicale se produit chez une personne avec une forte flexion du cou vers l'avant ou vers l'arrière, suivie d'un recul dans la direction opposée. Ces dommages surviennent le plus souvent lors d'accidents de la route. Dans ce cas, des étirements et des dommages aux muscles, aux ligaments, aux disques intervertébraux et aux vertèbres cervicales se produisent. Dans les cas les plus graves, des luxations et des fractures des vertèbres cervicales surviennent.

Les conséquences d'un traumatisme peuvent être des douleurs dans la colonne cervicale et les épaules, des migraines, des spasmes des muscles du cou et une mobilité réduite.

Les symptômes concomitants incluent une vision floue, de la fatigue et des maux de tête.

Douleurs cervicales dues aux syndromes musculo-toniques

Le syndrome tonique musculaire est une affection causée par un spasme prolongé de plusieurs groupes musculaires de la tête, du cou et de la poitrine. La compression des faisceaux vasculo-nerveux entraîne des tiraillements, parfois des douleurs intenses. En particulier, le syndrome du muscle scalène est un complexe symptomatique dans lequel l'innervation et l'irrigation sanguine des muscles scalènes du cou, allant des vertèbres cervicales aux première et deuxième côte, sont perturbées.

Ce syndrome se caractérise par une douleur et une raideur de la nuque, souvent le matin, une certaine position de la tête (la tête est inclinée vers l'avant et légèrement vers le muscle tendu). La douleur peut être légère, douloureuse, mais parfois aiguë. Le pire se produisant pendant la nuit, avec une respiration profonde, lorsque la tête est inclinée du côté sain. Parfois, la douleur est transmise aux épaules, aux régions axillaire et interscapulaire, à la partie antérieure du thorax.

Hernie discale dans la région cervicale

La compression des disques intervertébraux ayant perdu leur élasticité entraîne leur protrusion dans le canal rachidien et donc la formation d'une hernie discale dans la zone cervicale.

En conséquence, la moelle épinière est comprimée, entraînant une altération de la sensibilité de la main (engourdissement, brûlure, faiblesse) et de la douleur. La douleur lancinante (irrégulière d'un côté) s'intensifie lors de l'inclinaison, de la rotation ou du rejet de la tête en arrière, de sorte que la personne incline instinctivement la tête en avant et du côté opposé à la localisation de la douleur.

Autres causes de la douleur au cou

Les douleurs cervicales persistantes et prolongées peuvent être causées également par des maladies de la colonne vertébrale.

Tout d'abord, les maladies infectieuses doivent être exclues, en particulier la spondylarthrite non spécifique ou tuberculeuse, l'abcès épidural. Une douleur persistante qui s'intensifie au lieu de s'atténuer au repos peut être le signe de lésions métastatiques des vertèbres. Ces symptômes s'accompagnent d'une augmentation de la température corporelle, d'une faiblesse générale et d'une transpiration. En appuyant sur les apophyses épineuses, une douleur locale se produit.

La défaite de la colonne vertébrale est possible avec la polyarthrite rhumatoïde. En règle générale, à un stade précoce de la maladie, des douleurs surviennent dans le cou, l'occiput et la tête. La douleur peut irradier vers le front et les orbites, et augmenter avec la flexion et la rotation de la tête. Perte de sensibilité dans le cou et les bras.

Diagnostics et examens

Tout d'abord, le médecin est attentif aux symptômes cliniques : localisation et propagation de la douleur, altération de la sensibilité au niveau du cou, des épaules, des bras, diminution des réflexes, état général, nature de la douleur (augmente avec le mouvement ou au repos).

Le médecin peut prescrire :

  • Analyse sanguine.

Une numération formule sanguine est une étude complète, au cours de laquelle une évaluation quantitative du contenu des globules sanguins (érythrocytes, leucocytes, plaquettes), l'hémoglobine est effectuée, les indices d'hématocrite et d'érythrocytes (MCV, MCH, MCHC, RDW) sont calculés.

Examen biochimique de dépistage, qui permet de faire un premier bilan de l'état de santé, pour déterminer le déroulement d'un examen complémentaire. A utiliser dans le cadre d'un examen de dispensaire et selon les directives d'un médecin.

  • Analyse d'urine.

Analyse d'urine générale (analyse d'urine avec microscopie des sédiments).

L'analyse d'urine générale est une évaluation complète d'un certain nombre de paramètres physiques et chimiques de l'urine, ainsi que des éléments du sédiment urinaire, visant à identifier la pathologie des reins et des voies urinaires.

  • Test sanguin de protéine C réactive

Le sérum CRP est utilisé pour détecter l'inflammation et contrôler le traitement des maladies inflammatoires.

Pour clarifier le diagnostic, le médecin aura besoin des résultats de l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

  • TDM de la colonne cervicale

Une étude qui vous permet d'évaluer l'état de la colonne cervicale et de diagnostiquer les changements pathologiques.

Quel médecin dois-je consulter ?

Lorsque la douleur survient dans la colonne cervicale, vous devez tout d'abord visiter :

  • Rhumatologue ;
  • Neurologue ;
  • Neurochirurgien;
  • Oncologue (selon la conclusion du thérapeute).

Que faire en cas de douleurs cervicales ?

Le collier cervical ou minerve vous aidera à soulager la douleur et à réduire les tensions dans la colonne cervicale.

Il soulage et détend les muscles, réduit la pression des vertèbres les unes contre les autres et aide à rétablir une circulation sanguine normale dans la colonne cervicale.

Les traitements pour les douleurs au cou

Des méthodes conservatrices et chirurgicales sont utilisées pour traiter les patients souffrant de douleurs cervicales.

Les méthodes conservatrices comprennent la thérapie médicamenteuse et non médicamenteuse.

Le traitement non médicamenteux, en particulier la gymnastique réparatrice, assure le rétablissement du bon équilibre musculaire, la relaxation des muscles surmenés. Les méthodes de traitement orthopédique, de thérapie manuelle et physique ont un effet bénéfique.

Seuls les spécialistes peuvent effectuer des tractions et des massages.

La pharmacothérapie vise principalement à éliminer la douleur. Par exemple, les blocages avec des anesthésiques locaux réduisent l'intensité de la douleur. La plupart des médicaments utilisés pour traiter les douleurs cervicales sont des anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que le diclofénac. En outre, en association avec des anti-inflammatoires, le médecin peut prescrire des relaxants musculaires. Il s’agit de médicaments dont l'action vise à soulager les spasmes musculaires et à réduire le tonus des muscles squelettiques.

Pour les symptômes de compression des terminaisons nerveuses et de la moelle épinière (troubles sensoriels et du mouvement, paralysie), un traitement chirurgical est indiqué. Le médecin évalue individuellement les avantages et les risques d’une telle opération. La dénervation percutanée à haute fréquence des facettes articulaires et la vaporisation laser percutanée de la hernie discale sont des procédures neurochirurgicales mini-invasives.






Commentaires (0)

Pas de commentaires

Ajouter commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter des commentaires.

Close